L@boratoire des internautes

Où se trouve l'oeuvre réalisée par Jean Launois et Henry Simon pour l'Exposition universelle de 1937 ?

La genèse de l’œuvre

En 1936, à l’occasion de l’organisation de l’Exposition internationale qui s’est tenue à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937, le comité régional de l’exposition - où Louis Monnier, archiviste départemental de 1934 à 1949, représente la Vendée - sélectionne les artistes-peintres vendéens Jean Launois (1898-1942) et Henry Simon (1910-1987) pour décorer la salle de l’agriculture du pavillon de la Ve Région (Poitou-Charentes-Aunis-Saintonge). Celui-ci doit être construit dans l’enceinte du Centre régional, qui regroupe, sur les bords de Seine, les pavillons de vingt-cinq régions françaises. 

   

Une décoration monumentale sur le thème de l’agriculture vendéenne et de ses productions

Bien que tardivement posée et présentée en trois parties, l’œuvre, qui était prévue à l’origine pour être peinte « à fresque », soit directement sur le mur de ce pavillon, est finalement réalisée sur une grande toile de 12 mètres de long sur 3 mètres de hauteur, et placée dans le pavillon poitevin où elle reste jusqu’à la démolition du bâtiment en février 1938. 

Dans le numéro 6 des Recherches vendéennes (Arch. dép. Vendée, BIB PC 16, p. 227-232), Jean-François Tessier relate la visite de l’exposition faite par son père en septembre ou octobre 1937, mais ce dernier découvre un pavillon en cours de construction, et n'a donc pas pu voir la réalisation de Launois et de Simon ! 

   

Le retour des pièces à La Roche-sur-Yon

Les Archives départementales de la Vendée conservent de la correspondance relative à l’organisation de l’Exposition internationale (Arch. dép. Vendée, T 459, 460 et 462). Une lettre du 21 janvier 1938 est adressée à Louis Monnier par M. You, un des responsables du comité de la Ve région. Il lui écrit : « J'ai fait expédier hier à votre adresse en gare de La Roche-sur-Yon, par l'intermédiaire de la maison Muzé et les chemins de fer, les objets suivants concernant les exposants du département… » 

La liste des objets donnée mentionne bien « la fresque » d’Henry Simon. Toutefois, M. You précise en marge : « Henry Simon doit vous écrire à ce sujet ». Mais si lettre il y a, elle n'est pas jointe au dossier. Curieusement, il n’est pas fait mention de l’autre artiste, Jean Launois. 

   

Une bibliothèque ou la fresque donnée à la préfecture ?

On trouve dans le même dossier conservé aux Archives départementales, une lettre antérieure, adressée par Henry Simon à Louis Monnier le 10 janvier 1938. Elle indique que Pierre Gaudin, le président du comité régional de la Ve région, envisage de faire don à la préfecture de Vendée, soit de la bibliothèque, soit de la fresque ; il est difficile de trancher car la phrase est ambiguë. Le préfet Raoul-Stéphane Moreau est alors en poste à La Roche-sur-Yon depuis 1934. Il le restera jusqu’au 1er janvier 1940. 

Plus tard, le 4 février 1938, Gaudin écrira qu'il ne restait plus rien dans le pavillon qu'une bibliothèque et 2 ou 3 caisses qu'il allait faire enlever. 

   

La décoration semble donc être arrivée bien avant la bibliothèque, mais qu’est-elle devenue ? Où pourrait-elle se trouver 80 ans après ?  

Que sont d’ailleurs devenus les autres objets vendéens qui figurent dans la liste ? 

  

Recherches de Jean-Luc SIMON, fils du peintre et auteur de la biographie : "Henry Simon 60 ans de peinture humaniste".  


Date de publication : 21 février 2017

Auteur du billet : Jean-Luc SIMON

Liste des commentaires

Le 27/02/2017 à 23h34, Simon Pascal a écrit :

Bonjour,
Jean-Luc Simon n'est pas le petit-fils du peintre Henry Simon, mais un des fils.
Cordialement
Pascal Simon

Le 01/03/2017 à 13h45, bourmaud a écrit :

On peut lire un article intéressant au sujet du Pavillon dans le Messager de la Vendée du 19 septembre 1937. Plusieurs œuvres et objets exposés sont énumérées (dont la fresque de Launois et Simon)
Source : archives municipales de la Roche-sur-Yon(http://archives.ville-larochesuryon.fr/1164-messager-de-la-vendee.htm)

Le 01/03/2017 à 15h11, simon a écrit :

merci pour votre remarque attentive.Toutefois j'ai lu ce très intéressant article qui relate 60 exposants essentiellement des artisans cités lors de la visite du journaliste et dans lequel sont recensés MM.Simon et Launois.Toutefois ce qui importe c'est ce qu'elle est devenue après être revenue de Paris après le 20 janvier 1938. Ce que j'ai aussi relevé dans ce journal c'est qu'à partir de fin décembre 1937 et jusqu’au 7 février 1938 il y a une gréve des transports parisiens.Et aprés le départ du sous-chef de gare M.Rabiller qui se retire aux Sables d'Olonne, c'est le chef de gare de La Roche sur Yon M.Sterligot qui prend sa retraite début 1938.Quant au préfet M.R.S.Moreau , il s'est totalement impliqué dans la mise en place du comité vendéen pour cette exposition universelle, puisqu'il a incité en 1937 les maires de Vendée à participer financièrement.La Vendée fut d’ailleurs le département le mieux représenté en matière d’artisanat rural. C'est aussi ce qui rend si étrange l'évaporation totale d'un ensemble d'objets et de mobilier aussi considérable.Car les 60 exposants représentent plus d'une centaine d’œuvres (combien y avait-il de coiffes, objets de vannerie etc..?).

Le 02/03/2017 à 14h40, bourmaud a écrit :

Sur le site des archives nationales "Salle des inventaire" on retrouve des dossiers relatifs à l'exposition universelle de 1937. Peut être y trouve-t-on des informations sur le retour des pièces exposées... Mais rien est sûr.
Cotes : F/12/12114-F/12/13086
Localisation : Pierrefitte

Le 07/03/2017 à 08h46, Archives Vendée ; a écrit :

@ Pascal Simon
Le lien de parenté entre Henri Simon et Jean-Luc Simon a été rectifié. Toutes nos excuses pour cette erreur.

Le 26/10/2017 à 17h09, PENAUD Michel a écrit :

Je dispose d'une photo, prise sur internet, mais je ne sais où, représentant des employés déployant l'oeuvre lors de l'exposition de 1937. Mais je sais que çà ne répond pas à la question posée.
J'ai aussi de bonne photos, prises voici deux ans et que je tiens à disposition, des deux fresques réalisées par Henry Simon dans l'ancienne salle du cinéma Le Familial à Saint-Gilles-sur-Vie, fresques toujours présentes et heureusement sauvegardées.

Le 27/10/2017 à 23h39, D. RONDEAU a écrit :

Éventuellement des éléments de réponses dans les archives personnelles de Jean LAUNOIS constituées principalement de 350 lettres autographes écrites ou reçues par l'artiste et qui sont conservées au musée Sainte-Croix des Sables-d'Olonne:
http://agorha.inha.fr/inhaprod/jsp/reference.jsp?reference=INHA__ARCHIVES__587

Déposer un commentaire