L@boratoire des internautes

Jette, berre et balline dans un inventaire après décès

Sur un inventaire après décès du 24 prairial an II (1794) se trouvent quelques termes énigmatiques concernant des objets usuels. En voici la transcription :  

  

  

« ... un moulin à bled noir, trois (sacs ? à faire ?) la farine, un billot, une baratte, un autre mauvais billot, deux demy boisseaux, un autre billot, cinq jettes de joncs, un berre d’ozier, un petit chaudron d’airain, une jette de bois, un mauvais coffre servant à serrer les hardes de la domestique (dans ledit berre, une balline), plus un lit garny de mauvais rideaux gris ; une mauvaise courte-pointe piquée ; une paire de draps, une couette et une paillasse, douze fûts de barriques, y compris ceux qui sont dans un petit cellier à côté, plus dans ledit cellier, un charnier, et environ vingt cinq livres de lard, une grande armoire ... » 

  

Jette égale jatte ? Est-ce usuel comme terme ? 

  

Le berre semble être un coffre. 

Quelle pourrait être l'origine du mot ? 


Date de publication : 13 janvier 2013

Auteur du billet : Paul David

Liste des commentaires

Le 29/01/2013 à 18h06, CAUNEAU a écrit :

les Bretons appelaient naguère "ber" un "berceau", et "balline" pour "petit matelas" ou "paillasse" remplie apparemment de balle de son ?

Le 29/01/2013 à 21h03, claude montpetit a écrit :

Au Québec aussi, un berceau était un ber. Claude Montpetit

Le 29/01/2013 à 21h58, denis a écrit :

mon père ( patois su-vendéen ) employait souvent l'expression "manger la balline" qui signifiait que la personne avait gaspillé son bien, qu'il avait tout dépensé

Le 29/01/2013 à 22h25, Jean Le Touze a écrit :

Lorsque j'étais petit garçon (vers 1950 ...) il m'arrivait de séjourner chez mon arrière grand'mère où je dormais dans un ancien lit, entre une couette et une balline. C'était effectivement un sac de son qui garnissait le fond du lit en guise de matelas et ça se passait à côté de Saint Sulpice en Pareds.

Le 30/01/2013 à 09h57, GUY a écrit :

balline = couette remplie de balle(enveloppe du grain de blé, avoine...)

Le 30/01/2013 à 11h19, Jacques Braud a écrit :

En Poitevin, un berre (in bér) est effectivement un berceau et "ine baline" est bien une paillasse..
"Manjhàe la baline"( et pas seulement en Sud Vendée, mais dans tout le domaine poitvin-saintongeais ) pourrait se traduire par "faire pas faillite" : on a tellement perdu qu' on a fini par manger le contenu de la paillasse.J.B.

Le 30/01/2013 à 15h17, Luce Thibodeau a écrit :

Je demeure en Beauce au Québec et ici un "ber" était un berceau dans lequel dormait le bébé .

Le 30/01/2013 à 15h34, DAVID Guy a écrit :

la balline était une paillasse garnie de balle de froment, permettant de renouveler le couchage à mondres frais. La garniture (de paille souvent) était parfois composée de "palaïne", herbe à longues feuilles rencontrée dans les sols humides des forêts. La jette (jonc ou bois) pourrait être le support d'un petit tonneau ou barricot. Quand au berre, je ne vois pas!!!

Le 30/01/2013 à 18h25, Michèle Thomeret a écrit :

...trois saz (sas) à sacer (sasser) la farine...?

Le 01/02/2013 à 23h33, Paul David a écrit :

Merci aux nombreux intervenants, y compris du Quebec
Pour les ber et balline, objets usuels pour mes correspondants..
Pour l'hypothèse des saz à sac(ss)er (tamis à tamiser la farine, à côté du moulin à blé) qui est intéressante ... et vraisemblable.
Reste à mes yeux un doute pour les jettes, supports de barriques ?

Le 04/02/2013 à 20h54, Marie-Hélène Ballanger a écrit :

Une 'jette' me rappelle une 'jède', sorte de récipient monté en paille (ou en 'palaïne')cousue par des écorces de ronces (il fallait choisir des ronces sans épines). De la même façon, on fabriquait toutes sortes d'objets : des paillassons, des dessous de plat etc

Le 27/03/2013 à 16h32, Archives Vendée ; a écrit :

Merci de vos participations.

Une balline serait donc une paillasse remplie de balles (usage attesté dans le domaine poitevin-saintongeais et en Bretagne), l’expression « manger la balline » signifiant avoir tout dépensé, faire faillite. Le ber ou berre serait un berceau (usage attesté dans le domaine poitevin-saintongeais, en Bretagne et au Québec).

Pour la jette, le mystère demeure : M. David pense que ce pourrait être le support d'un petit tonneau, Mme Ballanger évoque un récipient monté en paille (palaïne) cousue par des écorces de ronces. Pouvez-vous confirmer l’une ou l’autre hypothèse ? Avez-vous d’autres pistes ?

Le 21/11/2013 à 19h25, Gadiou Dominique a écrit :

Jettes ou gittes, (gite,pousse,rejeton,jeune taille) : cinq fagots ? de jeune pousse de joncs matériau très employé autrefois,
ou
Jède: jatte vase de bois, de terre etc.. tout rond ou paneton servant au boulanger pour y faire lever son pain, généralement en osier.
Une baline :grosse étoffe de laine pour l'emballage des marchandises, au masculin balin et un grand drap qui reçoit le grain quand on le crible et qu'on le vanne. (Y' vas m'mettre dans mes balins = je vais me coucher.)
Berre n'est pas mentionné dans le glossaire de Musset

" glossaire des patois et des parlers de l'Aunis et de la Saintonge de Georges Musset"

Le 14/12/2013 à 16h16, MARQUET a écrit :

Je cherchais la définition d'un mot ancien, et j'ai rencontré le mot jette qui viendrait d'un verbe signifiant peigner, peigner quelqu'un, dans un dialecte parlé au Mali. Me souvenant de votre recherche, j'ai pensé que les jettes en bois ou en osier pourraient être des peignes pour le chanvre ...

Le 15/12/2013 à 21h42, Archives Vendée £ a écrit :

Où avez-vous rencontré la définition du mot "jette" ?

Le 16/12/2013 à 22h45, MARQUET a écrit :

Aller sur Wiktionnaire à "jette". Mais ce n'est qu'une association d'idée, aucune preuve de la relation avec le mot de votre texte. D'ailleurs si ce mot était d'un emploi courant , on devrait le retrouver dans d'autres inventaires après décès.
On peut aussi penser à ces paniers de joncs tressés qui servaient à mouler les fromages, aux récipients dans lesquels on faisait les caillebottes qui pouvaient fort bien être en bois, et à ceux en joncs pour les faisselles. N'était-ce pas une spécialité du Poitou-Charentes ?

Le 13/01/2014 à 17h01, MARTHE a écrit :

Je suis d'accord sur la définition

Le 14/10/2014 à 11h21, Annie Anberrée a écrit :

Bonjour j'habite un village au nord de la Loire-Atlantique, ma voisine de 76 ans conserve les jèdes (elle prononce "jeud'") que son père et son mari fabriquaient à la veillée. Ces paniers ,ronds ou ovales, servaient à ranger la pâte à pain pendant son levage. On les utilise maintenant comme vide-poches ou corbeilles à fruits. Ils sont fabriqués avec des herbes du bords d'un étang proche, assemblées par des ronces sans épines ou faute de celles-ci, du fil de fer.
Quant à la balline, elle était chez ma voisine, remplie de plumes...

Le 15/10/2014 à 15h38, Paul David a écrit :

Merci de cette confirmation bienvenue puisque l'inventaire de 1794 concerne des habitants de Nozay ... au nord de la Loire-Atlantique.

Déposer un commentaire