L@boratoire des internautes

P. Alvarez peint Clemenceau

Clemenceau jouit d'une iconographie abondante, tout au long de sa carrière politique. Photos mais aussi caricatures sont nombreuses et déjà bien présentes sur ce site. Il semble cependant avoir aussi pris la pose devant des peintres. C'est le cas pour ce portrait signé Alvarez en 1919. 

Qui est ce peintre qui eut l'audace de représenter le Tigre au faîte de sa gloire ? 

  

  

En ce début 2014, centenaire de la Première Guerre mondiale, ce beau portrait conservé dans une collection particulière, est surtout connu par les reproductions qu'en donnèrent divers journaux dont "L'Illustration" (voir Arch. dép. Vendée, 1 Fi 2012). C'est le portrait retenu pour évoquer la signature du traité de Versailles. 

Le tableau est une huile sur toile mesurant environ 30x20cm. 

En existe-t-il d'autres exemplaires ? 

_________________________________________ 

Photographies accompagnant le commentaire de M. Taffin (28-04-2014) : 

_________________________________________ 

Photographie accompagnant le commentaire d'Archives Vendée £ (le 20/01/2015) : 


Date de publication : 02 février 2014

Auteur du billet : Billet proposé par Thierry Pineau

Liste des commentaires

Le 03/02/2014 à 15h36, MARQUET a écrit :

Je ne sais pas qui est cet Alvarez, mais le cliché figure dans "Recueil.portraits de Georges Clémenceau", Gallica,BNF, image 9, la légende de l'image est vide, donc sa provenance est ignorée. Ce portrait ressemble étrangement aux images 8-13-14-15-16-21-37 ( cette dernière seule porte une mention manuscrite : " jour de la signature de la paix de V 28 juin 1919).
Clémenceau était un intime de Monet. Pourquoi aurait-il posé pour un peintre anonyme ?
P. Alvarez un peintre amateur qui a peint d'après une photographie ?

Le 03/02/2014 à 19h05, Archives £ a écrit :

La Bibliothèque nationale a publié sur Gallica un recueil factice de portraits de Clemenceau se présentant en un volume, conservé par le cabinet des estampes. La photo 9 est la seule qui soit si proche du tableau, les autres n'étant que des reproductions contemporaines. Toutefois la légende de la photo 37, même si elle n'est pas semblable, donne peut-être une clef : "le jour de la signature de la Paix de Versailles, 28 juin 1919".

Ne serait-ce pas l'explication de la pose de Clemenceau, plume ostensiblement à la main, cette main qui avance vers le spectateur en bas à gauche du tableau, et qui paraît même agrandie, comme pour nous faire comprendre que c'est elle le vrai sujet du tableau ? N'a-t-on pas voulu représenter le grand homme scellant son oeuvre ce jour-là ?

En l'absence de datation du tableau, reste à savoir si la reproduction de la Bibliothèque nationale, également publiée en ligne ici et signalée comme étant paue dans l'Illustration, est bien contemporaine de la signature du traité de paix.

Vérifier dans L'Illustration la date de parution de cette image permettrait de savoir qui recopie qui.

A bien comparer la "reproduction" parue dans la presse avec le tableau, si leur proximité est indéniable, des différences de traitement paraissent faire de la reproduction du journal une oeuvre plus réaliste, plus exacte (voir la forme du sommet du crâne qui paraît plus arrondi sur le tableau).

Du coup, si le journal ne cite pas le peintre, ne serait-ce pas parce que ce dernier aurait peint d'après le journal ? De fait, si L'Illustration publie sa reproduction dans les jours suivants le traité, le peintre n'aura pas eu le temps de réaliser son oeuvre, qui ne peut donc lui être antérieure.

A suivre...

Le 17/02/2014 à 00h10, Jean-Pierre LOGEAIS a écrit :

L'auteur du tableau semble difficile à retrouver. Il y a cependant sur le site http://www.interencheres.com/medias/42002/200903260019/catalogue/catalogue42002-200903260019.rtf une référence qui pourrait bien lui correspondre : " n° 16, P. ALVAREZ : « Portrait de jeune femme », huile sur toile signée au milieu à droite . 72 X 58,5 cm ". Hélas, ni date ni reproduction.

Le 17/02/2014 à 02h16, le00h20 a écrit :

A ce jour, j'opterais volontiers pour Pedro Poggio y Alvarez (Santa Cruz de la Palma 1863 - Madrid 1929) tout en gardant naturellement à l'esprit que la confrontation des signatures permettrait d'aboutir à une attribution.

Le 18/02/2014 à 15h02, MARQUET a écrit :

00h20 pourrait-il nous indiquer les références des documents sur lesquels il se base pour mettre une option sur Pedro Poggio y Alvarez. Quelle relation avait cet homme avec la France en général et Clémenceau en particulier ? Où sont exposées ses toiles ? Etait-ce un portraitiste ?
Le billet initial joint un agrandissement de la signature P. Alvarez ou Alvares, on distingue mal. Mais pourquoi Pedro ? Pourquoi pas Paolo, ou Pablo, ou Pierre ou Paul. Des Alvarez il y en a plein en France ! On nous dit "qui est ce peintre qui a eu l'audace...." Pourquoi de l'audace, la création est libre, non ? Par ailleurs si ce portrait est conservé dans une collection privée, on peut supposer que le collectionneur connaît l'histoire de son tableau. Pourrait-il nous en dire un peu plus ? Est-ce un héritage familial, l'a-t-il acheté dans une salle des ventes ou trouvé dans une brocante ? Avait-il un grand-père ou un arrière grand père admirateur de Clémenceau et peintre amateur à ses heures ?

Le 18/02/2014 à 23h36, Archives Vendée £ a écrit :

L'auteur du billet nous a transmis une meilleure version du détail montrant la signature de P. Alvarez. Il va donc être plus facilement possible de la comparer avec celle des tableaux du peintre homonyme proposé par 00h20.

Le 19/02/2014 à 00h03, Pineau Thierry a écrit :

Merci à tous pour vos commentaires.Cette modeste huile provient hélas d'une brocante de Vendée,achetée il y a une dizaine d'année.Sur les conseils des archives,j'ai donc lancé des recherches sur ce peintre P.Alvarez. Illustre inconnu pour moi et apparemment pour vous.Il sera difficile je pense de trouver l'auteur de cette peinture.2014 étant l'année de G.Clemenceau,cela fait un sujet intéressant sur ce haut personnage Vendéen.

Le 19/02/2014 à 00h04, Jean-Pierre LOGEAIS a écrit :

Un dessin, de 1867, du château de la Malmaison, est visible à l'adresse http://www.the-saleroom.com/fr-fr/auction-catalogues/eric-pillon-ench%C3%A8res-pve-sarl/catalogue-id-2876625/lot-16726778?showBidForm=true
La signature, Alvarez, peut être agrandie et, bien que différente de celle du tableau, me parait avoir un certain air de famille.

Le 19/02/2014 à 01h04, le00h20 a écrit :

Au sujet de la piste locale, je note par ailleurs, un seul ménage porteur de ce patronyme en Vendée, avant-guerre. A Champagné-les-Marais, avec une naissance en mai 1896, un décès en septembre de l'année suivante, et probablement frère des précédents un natif de décembre 1899 à Fontenay-le-Comte, qui apparaît en tête du registre des conscrits de la classe 1919.

Le 19/02/2014 à 15h28, MARQUET a écrit :

L'achat de cette toile sur une brocante ferme l'hypothèse émise par 00h20 d'une oeuvre de Pedro Poggio qui, sauf preuve contraire, n'a jamais dû mettre les pieds en France. Par ailleurs il est rarissime de trouver sur une brocante l'oeuvre d'un peintre connu, fut-il mineur. Pour autant, la piste locale est trop restrictive. Un brocanteur va vendre sa "chine" là où il a le plus de chance de trouver un acheteur, donc pour le sujet qui nous concerne : en Vendée. Car, hors année de commémoration, qui parmi le commun des mortels s'intéresse aujourd'hui à Clémenceau ? Quelques vacanciers venus bronzer sur les plages de la côte vendéenne qui en profitent pour aller à St Vincent s/ Jard ? Quelques écoles, ou groupe du 3ème âge en mal de patrimoine ?
Ceci étant, il y a des tableaux peints par des amateurs qui ont beaucoup de classe. Regarder leur oeuvre et en parler est une sorte d'hommage, peut-être posthume, à leur talent , qui va au-delà de leur anonymat . L'art n'est pas que marchand.

Le 19/02/2014 à 15h56, Pineau Thierry a écrit :

Pour répondre à Marquet,et pour plus de précision acheté en Vendée à un marchand Vendéen.Il est certain que la piste Espagnole de 00h20 me semble bien compromise.Le talent de ce peintre n'est pas à prouver,seulement il est inconnu et c'est la que vos sympathiques recherches sont utiles.
A mon humble et modeste avis,il y a encore beaucoup d’érudits ou de commun des mortels qui s’intéresse à G.Clemenceau......

Le 19/02/2014 à 16h29, MARQUET a écrit :

oui pour les érudits ou les passionnés d'histoire, mais le commun des mortels permettez-moi d'en douter !

Le 20/02/2014 à 13h40, le00h20 a écrit :

Ouvrez et feuilletez le catalogue de l'exposition présentée actuellement aux Lucs...hormis d'inévitables coquilles on ne peut qu'y regretter l'absence du traitement du sujet par les artistes américains.

Le 20/02/2014 à 13h53, le00h20 a écrit :

On est avec cet Alvarez, en présence d'un copiste* sur un format plutôt inhabituel.
* comme relevé initialement, cf. entre autres www.europeana.eu

Pour retrouver un Alvarez contemporain et ayant eut une activité de peintre, deux bases de données ont été consultées :
- le World Biographical Information System Online
& - le Allgemeines Künstlerlexikon - Internationale Künstlerdatenbank - Online

Le 21/02/2014 à 16h41, MARQUET a écrit :

Un copiste ? Pourquoi pas. Mais ce serait une commande en marge de son travail habituel. Les peintres copistes sont des artistes qui utilisent les techniques d'époque pour reproduire à l'identique des tableaux de musées ou de famille, portraits, marine ou nature morte.Les restaurateurs de tableaux ont également des compétences de copistes lorsqu'il s'agit de reconstruire ou de faire des retouches picturales sur une peinture.
Dans le cas du portrait de Clémenceau qui nous intéresse, il ne s'agit pas, jusqu'à preuve contraire, d'une copie d'un tableau préexistant. S'il a été peint d'après le cliché non identifié qu'on retrouve dans le recueil de la BNF, c'est l'oeuvre du peintre lui-mème, amateur ou copiste.
L'identification dudit Alvarez n'en est pas facilitée !
S'il s'agit d'un copiste il faisait sans doute partie d'un atelier parisien. Où retrouver les noms de ces artistes de la fin du XIX ème et du début du XXème ?
Il doit être également l'auteur de plusieurs autres oeuvres. Où sont-elles ?
Une chose est certaine, son nom n'est répertorié nulle part dans les dictionnaires des peintres de l'époque que j'ai pu consulter, ni sur aucun site informatique du puissant Google !
C'est pourquoi je mise toujours sur un amateur.

Le 21/02/2014 à 23h29, Archives Vendée £ a écrit :

Quelle activité autour du portrait de cet homme, ou peut-être seulement de sa main, et finalement même de sa plume, s'il s'avère que c'est bien celle qui a signé le traité de Versailles.

Petite précision au passage, Clemenceau avait la coquetterie de défendre (contre toute rationalité orthographique) l'absence d'accent sur le e de son nom. Ce qui n'empêche que bien des noms de rues l'en coiffent, ainsi que presque toutes les notices de la bibliothèque nationale.

Pourquoi aurait-il fallu de l'audace pour peindre le grand homme ? C'est qu'il manquait furieusement de patience pour prendre la pose. Obligé de s'y prêter devant Rodin, pour satisfaire la commande d'un buste par la République argentine, il l'a alors abondamment manifesté.

La ressemblance des signatures proposées par Jean-Pierre Logeais (avant qu'on n’en publie une reproduction plus lisible) n’emporte pas vraiment l’adhésion. Les œuvres sont de plus séparées par plus d'un demi-siècle.

Clemenceau continue d'intéresser, sinon d'attirer. Les hommes politiques ne s'en sont jamais désintéressés. Manuel Valls a tenu à visiter sa tombe cette année, comme De Gaulle (et bien d’autres) l'avait fait en 1946 pour honorer la promesse faite à Londres en 1941. Il est des pèlerins moins politiques et plus discrets. A l'inverse, Clemenceau continue d'attirer la hargne des "anti-républicains", au point qu'un livre tout récent a remis en selle la fausse citation qu'on lui prête depuis que Drumont l'a inventée (voir sur ce laboratoire le billet "Clemenceau: solidaire de la Terreur ?")

Le traitement de l'iconographie de Clemenceau aux États-Unis ? Voilà un bon sujet d'étude lancé par 00h20. Ce site pourrait en porter une exposition virtuelle... pour autant que les images soient bien libres de droits. Proposez-en. On les publiera au fur et à mesure de leur arrivée.

Enfin, copie ou pas ? (du fait d'un amateur ou pas, du reste). L'album de la bibliothèque nationale ne paraît pas proposer de cliché, mais bien une œuvre, sans doute graphique, telle que les magazines de l'époque en présentaient. Trouve-t-on le journal L'Illustration en ligne par exemple ? Google images montre un grand nombre de fois cette reproduction, parfois resserrée sur la tête ou le haut du buste, mais sans jamais aucune référence explicite. Google propose aussi notre tableau... mais après l'avoir repéré sur ce site !

Reste la qualité des œuvres. Le tableau paraît moindre que l'autre vue. Il pourrait donc en dépendre, mais tant qu'on ne sait pas dans quel journal est parue la première, et à quelle date, il faudra s'en tenir à ce critère stylistique.

Le 22/02/2014 à 19h02, MARQUET a écrit :

L'intégralité des numéros de L'Illustration est en ligne. L'accès en est payant : 4,90 euros pour 24h, 19 euros par mois.
Une chose m'intrigue : Pour quelle raison les Archives de Vendée dans le laboratoire des internautes, parlent à deux voix : sous l'appellation Archives ou sous le pseudo de 00h20 ?

Le 22/02/2014 à 22h26, Archives Vendée £ a écrit :

Erreur...
Chacun tient bien son rôle, et 00h20 fait partie du public d'internautes.

Merci d'avoir cherché à consulter l'Illustration. Payant en ligne... Voilà qui rend de l'intérêt à la collection que détiennent les Archives de la Vendée, à condition qu'elle soit complète. A vérifier la semaine prochaine...

BIB PD 18/26 - Juill. - déc. 1919. 1919
Titre(s) : Illustration (L')

Le 23/02/2014 à 20h29, MARQUET a écrit :

Dont acte. Le suivisme surprenant des archives dans plusieurs billets dès qu'une affirmation ni étayée par un texte explicatif, ni documentée par des sources sûres et consultables, était émise par 00h20, suggérait un rapport étroit entre l'animateur du Labo et cet internaute.

Le 07/03/2014 à 10h40, Alvarez a écrit :

J'ai un tableau signe Alvarez représentant un bouquet de roses et lilas de dimension 94x74. D'après la tradition familiale, ce peintre peignait sur commande. (En France). Ce tableau serait des années 30. Quel qu'un à t il plus d'informations?

Le 09/03/2014 à 23h29, Archives Vendée £ a écrit :

Pouvez-vous envoyer aux Archives (archives@vendee.fr) un reproduction du détail de la signature, qu'on puisse les comparer ?
Merci

Le 26/03/2014 à 20h39, le00h20 a écrit :

Au nombre des artistes susceptibles d'être l'auteur de cette huile sur toile pourrait figurer le peintre espagnol Primitivo Alvarez Armesto
(Villafranca del Bierzo, León 1864 - Buenos Aires,1939), qui eut une activité de portraitiste.
De lui quelques austères portraits de ses contemporains nous sont connus, mais jusqu'à présent pas sa signature comme fournie ici avec l'initiale du prénom suivie de son premier patronyme.

Le 26/03/2014 à 22h18, MARQUET a écrit :

Si je ne m'abuse, Primitivo Alvarez Armesto signait ses oeuvres :"Armesto", et parfois "PA Armesto". Il est exposé au Prado. Si ce tableau de Clemenceau était de sa main, Mr Pineau aurait quelques milliers d'euros sur son mur !

Le 08/04/2014 à 10h57, J.-M. Taffin a écrit :

M. Taffin propose à la discussion la reproduction d'un tableau signé Alvarez (photographies insérées dans le billet). En voici la description :
"tableau de roses et lilas
dimension 94 64
origine : Arras (pas de calais)
années 1930
Alvarez était-il un copiste (talentueux) ???"

Le 30/04/2014 à 15h35, MARQUET a écrit :

La nature morte proposée par J.M.Taffin est certainement inspirée de l'Ecole Française du XIXème. Mais pour autant copiste = copie, et qui dit copie dit tableau de Maître suffisamment réputé pour être copié.
Sauf à trouver le tableau original, il faudra admettre que ledit Alvarez est un peintre, illustre inconnu comme tant d'autres, dont le talent ne dépassait pas les limites d'une certaine clientèle de la petite bourgeoisie de l'époque. Ces tableaux se situaient entre la reproduction de calendrier encadrée des couches populaires et le tableau de Maître des couches supérieures.
Alvarez, grâce aux Archives de Vendée, aura eu son heure de gloire posthume.
Pour un Monet, combien d'anonymes dont les oeuvres hantent encore les maisons, demeures ou châteaux, et qui n'ont laissé aucune trace de leur existence ! Ces peintures font le bonheur de leurs propriétaires successifs ...et des galeristes. C'est déjà bien !

Le 26/10/2014 à 00h48, le00h20 a écrit :

Un peintre péruvien , Gonzales Gamarra (Cuzco 1890 - Lima 1972), a lui aussi peint et signé à la fin de la première guerre, un portrait de Clemenceau; en utilisant là encore les nombreux clichés en circulation.
Seule Cécilia Beaux à cette époque, son tableau est daté de 1920, a pu bénéficier de plusieurs séances de pose.

Le 30/12/2014 à 22h29, Pedro lopez otero a écrit :

La signature sans doute est la signature de Primitivo Alvarez Armesto. Il signe ou bien P.A.Armesto ou P.Alvarez

Le 02/01/2015 à 22h25, le00h20 a écrit :

Le professeur R. Carnicer, dans sa monographie intitulée "El pintor leonés Primitivo Alvarez Armesto" parue en 1997, a bien reproduit quelques portraits, tout aussi figés et sombres, de plusieurs membres de la famille Alvarez de Toledo Fernandez Gironda, conservés alors dans des collections particulières, aux pages 30 & 31.

Le 03/01/2015 à 18h33, MARQUET a écrit :

P. Lopez pourrait-il nous donner le nom de la ou des oeuvres qui portent la signature P.Alvarez ? Sur le site de la Ciudad de la Pintura figurent 54 oeuvres attribuées à Primitivo Alvarez Armesto, répertoriées en Espagne : région de Leon, à Madrid, ou en Argentine région de Leonesa, Buenos Aires, où ce peintre exerçait comme portraitiste à partir de 1910. Ces oeuvres se trouvent dans des collections privées (dont quatre dans la collection Pedro Lopez Otero à Madrid ?) ou d'établissements publics.
Sur la plupart des vues de ces huiles sur toile, il est quasiment impossible de lire la signature du peintre, mais là où elle est lisible on lit P Armesto, et exceptionnellement P Alvarez Armesto. Ce site ne signale aucune oeuvre de ce peintre en France.

Le 05/01/2015 à 14h54, Pedro Lopez Otero a écrit :

El vIatico que figure dans le livre de Ramon Carnicer et que s,apPelle La morenita dans le livre Cien años de pintura de España y Portugal est signe P. Alvarez.?ans "Pfishing under the moon" qui a ete vendue par Christies London Southampton comme attribue a Primitivo Alvarez Armesto la signature est aussi P. Alvarez. J,ai quelques dedssins preparatoires de ce tableau signe P.A, Armesto

Le 05/01/2015 à 16h43, MARQUET a écrit :

El Viatico est bien répertorié sur le site Ciudad de la pintura, dans la collection madrilène de Pedro Lopez Otero, mais on ne peut pas en lire la signature. Etes-vous un homonyme de ce collectionneur ou ....l'original ? Dans ce dernier cas vous seriez à mème de vous prononcer sur la possibilité ou non que ce Clemenceau soit l'oeuvre de P.Alvarez Armesto.

Le 05/01/2015 à 19h07, Pedro López Otero a écrit :

Oui , Je suis le propietaire des tableaux et a mon avis la signature est la signature de Primitivo Alvarez Armesto

Le 05/01/2015 à 20h33, MARQUET a écrit :

Ce serait donc la fin de l'énigme ? Personnellement cette recherche m'aura permis de découvrir ce peintre espagnol dont je ne connaissais pas l'existence quand bien mème d'ailleurs il ne serait pas l'auteur de ce Clemenceau...Reste le tableau floral. P.Alvarez Armesto a peint aussi des natures mortes. Qu'en pensez-vous ?

Le 15/01/2015 à 17h30, PINEAU thierry a écrit :

Après un an de recherches,de débats,je tenais à vous remercier tous pour votre dynamisme et sérieux.
Talentueux ou non P. Alvarez aura marqué par ce portrait ,l'histoire de la Vendée.

Le 15/01/2015 à 18h12, D. RONDEAU a écrit :

Bonjour,

Je confirme les propos de M. Pedro López Otero: il arrive effectivement parfois qu' "Armesto" ne soit pas mentionné dans la signature du peintre Primitivo ALVAREZ ARMESTO (1864-1939), et précisément pour la période durant laquelle a été peint le tableau représentant Clemenceau. Ce fut le cas, par exemple, pour son tableau "Campesina" daté de 1920 à côté de la signature "P. ALVAREZ".

http://es.artprice.com/artista/45180/primitivo-alvarez-armesto/lote/past/1/Pintura/1856805/campesina

M. Pineau, je crois donc que cela peut valoir le coup de faire expertiser cette œuvre, puis éventuellement de la faire répertorier... et assurer.

Le 20/01/2015 à 09h38, PINEAU thierry a écrit :

Concernant la signature et l’œuvre,est ce que Mr Pedro Lopez Otero,reconnait la manière ou les expressions du peintre de Primitivo Alvarez Armesto.Vivait il en France pendant cette période...

Le 20/01/2015 à 10h01, Archives Vendée £ a écrit :

La photographie envoyée d'Espagne (voir au bas du billet) propose une signature qui est très voisine de celle du tableau de Clemenceau.Rien ne semble les opposer nettement.

Resterait, pour en avoir le cœur tout à fait net, à faire travailler un spécialiste de la peinture sur le style du peintre. A-t-il fait d'autres tableaux qui permettent de reconnaître la patte de l'artiste dans le portrait de Clemenceau ?

Et voit-on aussi une raison à ce qu'il ait fait ce portrait qui, rappelons-le, semble réalisé d'après photographie, et même photographie parue dans les journaux ? Vivait-il alors en France ?

Le 21/01/2015 à 00h58, le00h20 a écrit :

A propos de P. Alvarez Armesto, outre la monographie précitée de R. Carnicer, l'on trouvera une brève notice biographique en page 268 d'un ouvrage postérieur signé d'Ana Maria Fernandez Garcia et intitulé "Arte y emigración : la pintura española en Buenos Aires, 1880-1930" (Oviedo 1997).
L'auteur rappelle l'installation de l'artiste en 1905, cite deux de ses toiles conservées dans des collections publiques en Argentine dont son " Colón al grito de ¡Tierra! " au Museo historico nacional et donne pas moins de 9 références bibliographiques comprises entre 1912 et 1989.

Déposer un commentaire