L@boratoire des internautes

Des monuments aux morts de toutes sortes

Stèles, statues, obélisques, groupes sculptés, plaques, les monuments aux morts de la guerre de 1914 se présentent sous des formes variées, du moment qu’ils se présentent bien à la vue du public. A la vue ? Mais à l’ouïe aussi, comme l’atteste la cloche de Saint-Denis-la-Chevasse, qui porte les noms des morts pour la France. Est-elle un cas unique ou en connaissez-vous d’autres ? 


Date de publication : 30 janvier 2014

Auteur du billet : Donat

Liste des commentaires

Le 12/02/2014 à 21h49, Maurice Bedon a écrit :

Je ne connais effectivement pas d’autres cloches portant les noms des morts pour la France en Vendée. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas !

Le 19/02/2014 à 11h25, Daniel Belamy a écrit :

Au contraire des monuments aux morts sur les places d'églises ou de villages connus des populations locales en raison de leur visibilite, d'autres "souvenirs" ou "mémoriaux" existent sans être connus du public : l'exemple de la cloche avec les noms des morts de la guerre 14-18 en est un. Je ne suis pas sûr que beaucoup d'habitants de Saint Denis La Chevasse soient au courant de cette cloche avec les noms gravés de leurs parents morts à la guerre.

D'autres communes ont un "mémorial" semblable. A Aubiere (Puy de Dome), le clocher de l’église abrite une cloche avec l’inscription suivante: “en dernier hommage paroissial aux morts de la Grande Guerre 1914-1923”, sans toutefois mentionner le nom des morts. L'église de Cesseron sur Orb (Languedoc) possède une cloche avec les noms gravés des morts de la première guerre mondiale. Voici un extrait du site internet de la mairie: “Au lendemain de la guerre de 14-18 et depuis 1921, trois cloches baptisées par le cardinal de Cabrières dans l’église de Cessenon ont été mises dans le clocher."

La très grosse pèse 800 kg, fondue à Tarbes, porte les images du Christ, de la Vierge et des 12 apôtres, de Jeanne d’Arc, ainsi que les armes du cardinal de Cabrières. Un casque de poilu qui surmonte l’image du calvaire. Les 69 noms des poilus morts à la guerre sont gravés sur la cloche. Elle donne la note « mi ».

Le 19/02/2014 à 16h24, MARQUET a écrit :

En France, avec la séparation des églises et de l'état, les monuments aux morts officiels ne pouvaient comporter de signes religieux. Par contre au Royaume Uni, on trouve des mémoriaux tels que : sculpture d'Ange de la Victoire qui tient dans ses mains une croix et dans l'autre une couronne de laurier, croix dédicacée, croix celtique, horloge, cloître, plaque sur un orgue, sanctuaire adossé à une église surmonté d'une croix, cloches avec noms gravés dans le bronze.
En France ces mémoriaux sont bien cachés mais ils existent comme MM Donat et Belamy nous en donnent la preuve. Peut-être que des associations ou des amoureux du patrimoine ont commencé à les répertorier ?

Le 20/02/2014 à 14h04, le00h20 a écrit :

La fonderie Paccard étant toujours en activité, l'auteur de la question s'est-il rapproché du campaniste ?

Le 21/02/2014 à 14h40, Daniel Bellamy a écrit :

J'ai contacte la fonderie Paccard il y a deux jours et j'attends leur reponse que je ne manquerai pas de partager.

Le 11/03/2014 à 11h58, D. RONDEAU a écrit :

Bonjour,

Lu sur Internet, concernant une région du Sud-Ouest de la France:

"Les cloches du souvenir

La guerre de 1914-1918 terminée, les cloches du souvenir, celles dédiées aux soldats disparus, font leur apparition. Ces objets, rares en France, sont probablement moins d’une dizaine dans Midi-Pyrénées. En Ariège, trois cloches sont recensées, deux à Massat, la « cloche de la Victoire » et la « cloche des morts de la Guerre » bénies en décembre 1919, la troisième en 1923, à Montgauch, la « cloche des morts de la Guerre ». Aucune ne présente, comme celle datée de 1920, située à Mont-de-Galié, commune de la Haute-Garonne proche de Saint-Lary, de nom de soldat mort. Le nombre de morts en est peut-être la cause car sept noms sont portés sur la cloche de Mont-de-Galié, dix neuf devraient l’être sur celle de Montgauch et cent vingt sur celle de Massat."

Source: http://patrimoines.midipyrenees.fr/no_cache/es/items-globaux/detail-article/index.html?tx_ttnews[tt_news]=1328&cHash=c1b9555709a36abf8c29d21f2a095edd

Le 17/03/2014 à 10h07, BEAUPERIN a écrit :

Bonjour
Comme évoqué au travers de vos différents messages, il s'agit d'un monument votif dédié aux MPF à part entière. Au travers de ces cloches, il semble entendre la voix des morts, ceux disparus en 14-18. C'est à mon sens un très beau témoignage de l'affliction des endeuillés vendéens qui manifestent leurs croyances. Il existe en Vendée qq autres exemples similaires bénis par Mgr Garnier et évoquerai avec vous ces monuments paroissiaux situés par exemple sur les autels (Les Epesses) où nous avons là une association subtile entre le sacrifice du Christ et celui des combattants, ces derniers ayant participé à leur manière à un grand holocauste. Je vous invite à lire sur ce thème l'ouvrage d'Annette Becker qui évoque dans le 3e chapitre "Se souvenir", cette dimension
Au plaisir

Le 17/03/2014 à 18h52, le00h20 a écrit :

Dans l'Allier dès 1919, la paroisse d'Arfeuilles se dota de trois cloches pour célébrer la paix recouvrée et le souvenir de ses morts.
Celle de Saint-Louis de Vichy en commanda deux, "la première, deux soldats sont représentés, entre Saint-Maurice et Saint-Louis, sonnant du clairon sur fond de drapeaux...La seconde, plus petite, possède une frise décorée de canons, d'un coq, d'un soleil portant la date 1918".
Les inscriptions dans ces deux cas précis ne donnent aucun nom des tués au conflit.

Cf. N.-J. Chaline, Gardiens de la mémoire...Yzeure, 2008, page 129

Le 18/03/2014 à 15h46, MARQUET a écrit :

Le 10/08/1919 la paroisse d'Arfeuilles a béni trois nouvelles cloches. Chacune de ces cloches porte une prière :
Sur la première : "Je sonne le souvenir. Ma voix pieuse et tendre se fait suppliante auprès de Dieu pour tous ceux que vous avez aimés. Priez pour moi"
Sur la deuxième : "Je sonne la Paix, ma voix douce et grave réjouira la terre et descendra comme une bénédiction sur les semailles et les moissons"
Sur la troisième : "Je sonne la victoire de la France, la reconnaissance des paroissiens d'Arfeuilles au Sacré Coeur de Jésus".
Ceux qui s'intéressent aux cloches peuvent lire l'ouvrage de l'historien Alain Corbin " Les cloches de la terre" publié chez Albin Michel en 1994

Le 13/05/2014 à 15h01, BURON a écrit :

Je travaille actuellement à la rédaction d'un article sur les cloches commémoratives de la Première Guerre mondiale dans le Maine et Loire.

Le corpus se compose d'une dizaine de bronzes. Cela va du monument aux morts, dans le cadre d'une démarche paroissiale, à des intentions plus personnelles, plus familiales. J'ai même retrouvé une plaque avec l'identité des morts d'une commune cloutée sur le mouton d'une cloche.

Parfois la cloche ne comporte aucune référence, mais après son installation dans le clocher elle sonne la première fois le jour de l'armistice.

Donc le sujet est loin d'être limité. Mais le principal souci réside dans l'ascension des cloches et l'inventaire systématique des cloches et de leurs inscriptions.

Une cloche qui n'a pas été citée : le bourdon de la victoire de l'ossuaire de Douaumont.

Si vous disposez d'informations complémentaires sur des cloches similaires, n'hésitez pas à me contacter.

Le 13/06/2014 à 16h44, le00h20 a écrit :

Joseph Paccard (1873-1949) fondeur de cloches à Annecy-le-Vieux, est cité au début des années 1920 comme fournisseur d'une cloche pour l'église paroissiale Saint-Laurent, à Châtel (Haute-Savoie).
Il s'agit d'une "grande cloche en fer de 1500 kilos avec dédicace appropriée et noms des morts pour la France" d'un coût de 32000 francs qui semble avoir été pris en charge par un financement communal,

Cf. "Etre reconnaissant après la grande guerre - Les monuments aux morts en Haute-Savoie" Archives départementales de la Haute-Savoie, 2014, p. 104.

Le 05/01/2015 à 10h50, grelaud joel a écrit :

ou peu t'on avoir la liste des noms qui sont gravé sur cette cloche

Le 05/01/2015 à 15h13, MARQUET a écrit :

L'église de St Denis la Chevasse a des plaques commémoratives sur lesquelles figurent 104 noms dont le relevé a été effectué par un Monsieur Daniel Aubret qui les a mis en ligne : www.memorial-genweb.org. On peut supposer que sur la cloche ont été gravés les mêmes noms. La mairie ou la paroisse conservent peut-être des documents. A défaut il faudra grimper dans le clocher !

Le 27/05/2015 à 14h13, le00h20 a écrit :

Au dossier préparatoire à l'élaboration de la liste communale du Livre d'or des morts pour la France, clos au 19 novembre 1929, on recensa 76 victimes.

Classé alphabétiquement de Alaizeau à Vinet, elle dénombre 51 natifs de Saint-Denis-la-Chevasse et 25 autres originaires de communes environnantes à l'exception d'un dénommé David né dans l'actuel département des Côtes-d'Armor.
A.N. - F/9/4436 art. 536 (Fonds du Ministère des pensions)

Le 30/01/2017 à 15h11, Archives £ a écrit :

On indique que la commune de Saint-Valérien, près de Saint-Hermine, disposerait également d'une cloche avec les noms des morts de 14-18.
Quelqu'un a-t-il des éléments pouvant le confirmer ?

Le 31/01/2017 à 17h46, Archives Vendée ; a écrit :

L’Association des Conservateurs des antiquités et objets d’art de France vient de publier les actes de son colloque « Regards sur les objets de la mémoire » (Actes sud, 2016). On peut y lire une communication sur le rôle du patrimoine campanaire en période de guerre (Thierry Buron, « Quand les cloches commémorent les soldats morts »). En Anjou, T. Buron a répertorié 12 cloches comportant des inscriptions rappelant les soldats morts durant la guerre de 14-18, dont 3 portant une liste de soldats morts, sur une production de 116 bronzes coulés entre 1921 et 1939.

Le 24/09/2017 à 15h34, FLORENCE REGOURD a écrit :

Même cas à Doix (source: Memorialgenweb). Il y a bien une cloche à Saint-Valérien bénie en 1920 mais j'ignore si elle est dédiée aux Morts pour la France (il faudrait consulter le bulletin paroissial)..

Le 05/10/2017 à 07h52, Jean-Pierre LOGEAIS a écrit :

Le baptême de la cloche de Saint-Valérien a eu lieu le 10 octobre 1920. La cérémonie a été décrite à la page 552 du n° 44 de La Semaine catholique du diocèse de Luçon (4 Num 115/45). L'inscription de la cloche figure dans cet article (page 555, vue 360/426). Elle précise que la cloche a été " refondue et augmentée ... à la mémoire des morts de la guerre 1914-1918 (suivent les noms des 23 paroissiens tombés au champ d'honneur) ... "

Déposer un commentaire