L@boratoire des internautes

Des croix tournent le dos aux tombes qu'elles surplombent !

  

Un internaute nous signale le cas étonnant de tombes dont les croix sont orientées du côté de l'allée du cimetière, au dos de la tombe en quelque sorte. Il faut être à l'opposé de la tombe pour voir le Christ et lire l'inscription mortuaire. 

  

Quelle raison peut-il y avoir à cela ? 

  

Les sépultures repérées sont dans les cimetières des Moutiers-sur-le-Lay, de Mareuil et de La Chaize-le-Vicomte (les images proviennent de ce dernier). Elles datent de la première moitié du XXe siècle. 

  

      

En trouve-t-on aussi ailleurs ? 

  


Date de publication : 13 janvier 2013

Auteur du billet : communiqué par Bernard Bulot

Liste des commentaires

Le 29/01/2013 à 18h33, JP RAMBAUD a écrit :

Bonjour ou Bonsoir (c'est selon ...)

Peut-être des tenants de la "Petite Eglise"

Cordialement

JP RAMBAUD
www.rembarre.fr

Le 30/01/2013 à 08h07, MICHELEAU a écrit :

il y a ce type de croix retournées au cimetière de Saint Sulpice le Verdon 85260. Nous avons demandé à la mairie et à quelques personnes du bourg mais personne ne sait pourquoi ces croix sont retournées. J'espère que quelqu'un pourra nous donner l'énigme..

Le 30/01/2013 à 08h43, BRACHE a écrit :

Peut-on imaginer tout simplement que là où il n'y avait qu'une allée simple autrefois, il y a maintenant une allée double de tombes. Dans ce cas, dans un premier temps, les tombes donnaient peut etre sur une allée "du bon côté"...

Le 30/01/2013 à 22h58, savarieau a écrit :

peut etre une piste interessante indiquée par jp rambaud : la petite église ? voila ce que dit wikipedia concernant la petite église : " Pour les enterrements, dans les communes où la communauté dissidente est importante, le cimetière est divisé en deux parties : une pour les catholiques et l'autre pour les dissidents. Les tombes ne sont pas orientées de la même façon, celles des dissidents sont tournées vers l'ouest (les monuments peuvent avoir la même orientation, mais pour les morts dissidents, les pieds sont vers l'est)."

Le 31/01/2013 à 13h55, Giraudeau a écrit :

Bonjour,

Une autre piste. On me dit que les curés (ou gens d'église) sont ou étaient enterrés soleil levant. C'est à dire, qu'on ne les enterraient pas par rapport à l'allée, mais par rapport au levé du soleil. Dans ce cas, certains se retrouvaient peut-être à l'inverse de la population normale. De ce fait, les croix étant quand même alignées les unes aux autres, pour ceux enterrés en sens invers il fallait peut-être écrire de l'autre côté de la croix pour que l'on voit le nom sans avoir à se tordre le cou... A vérifier, mais il semblerait que l'information vienne d'une société chargée des enterrements . PS : car mon père pour d'autres raisons a aussi été enterré en sens inverse.

A suivre..

Cordialement

Le 09/02/2013 à 09h58, GRATON Fabrice a écrit :

Bonjour,

Ayant soulevé cette question il y a de nombreuses années (concernant le Sud-Est des Deux-Sèvres (le Mellois) ou si vous préférez le "Coeur du Poitou-Charentes" ou encore pour certains, la "Charente poitevine") et d'après les récits recueillis autour de moi. Ces tombes (face au Couchant) étaient dressées ainsi, car on pouvait lire directement les noms gravés sur les stèles. Tandis que les pierres tombales étaient inversées (la tête du défunt face au Levant). Un exemple me revient en mémoire : le cimetière de Pioussay (Seux-Sèvres). Hélas ces vestiges funéraires sont cassés ou arrachés faute de concessions.

Cordialement,

M. GRATON le 06/02/2013

Le 15/02/2013 à 00h30, Archives Vendée £ a écrit :

Le mystère demeure à ce stade. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir multiplié les hypothèses. Passons-les en revue.

La Petite Eglise (Mm. Rambaud et Savarieau) : pourquoi pas ? mais rien ne vient l'étayer. Au contraire, tout porte à croire que les gens de la Petite Eglise sont dans un secteur particulier du cimetière, et non dispersés au milieu des autres.

Micheleau confirme que le phénomène se trouve dans d'autres lieux. Ce n'est donc pas un hasard.

Serait-on passé d'une allée simple à une allée double (Brache) ? Mais pourquoi cela ne concerne-t-il qu'une tombe par ci par là ? Alors que leur pérennité est souvent de règle, justement.

Les gens d'Eglise seraient enterrés en sens inverse (Giraudeau) ? Hypothèse peut-être fragile, en tout cas, quel que soit le sens dans le quel ils sont enterrés, l'inscription se trouve toujours vers l'extérieur. Sauf à déplacer la croix de la tête au pied. Mais c'est peut-être pourtant ce que confirmerait le commentaire suivant (Graton). Peut-il être plus explicite ?

Le 03/03/2013 à 11h27, PINEAU Bernard a écrit :

On trouve la même "anomalie" dans le cimetière de Saint-Michel-en-l'Herm où plusieurs tombes sont de fait placées à l'envers des autres (Croix taillée dans la pierre et inscriptions sur plaque ou gravées également). Ici, pas question de "Petite Église", pas plus que de prêtres enterrés là. Tout simplement, de mon point de vue, un moyen de repérer la tombe plus facilement à partir de l'allée centrale...

Le 12/04/2013 à 09h06, Gadé Jean-Pierre a écrit :

Bonjour,
dans "Le patrimoine des communes de la Vendée",à Chantonnay,voir:TOMBE DE L'ABBE BIBARD,il est dit: contrairement aux habitudes,sa tombe n'est pas orientée vers l'orient mais dans le sens contraire afin de regarder sa paroisse...
De manière insolite même,son monument tourne le dos à l'allée et se trouve placé à l'envers par rapport à toutes les autre tombes.

Dans cet exemple,malgré tout,il semble que la croix regarde la tombe.
Je ne sais pas si moncommentaire va apporter de l'eau à votre moulin mais continuez, c'est passionnant... Merci.

Le 12/04/2013 à 09h52, Archives Vendée £ a écrit :

Excellent exemple, qui semble convenir à un cas particulier. On pourrait citer aussi la tombe du maréchal Pétain, dont la particularité, à l'île d'Yeu, est de ne pas être orientée comme les autres. Mais dans ces deux cas, c'est la tombe toute entière qui est orientée différement, et pas seulement sa croix. Du reste, si l'explication peut valoir pour l'abbé Bibard, parce qu'il est prêtre, elle paraît difficilement applicable dans les autres cas. On reste donc encore dans de l'hypothétique, alors que le nombre de cas suggère qu'il doit y avoir une règle qui s'impose...

Le 03/09/2013 à 16h08, Marquet a écrit :

Bonjour, Sur le site des communes du Confolentais, région Poitou-Charente, on lit : " Les 26 cimetières recensés (un par commune) sont tous fermés par un muret de clôture et un portail. A l'intérieur, les tombeaux sont répartis en rangées le long d'allées. A Ansac, en raison de la position du portail d'entrée du cimetière les tombes sont orientées mais c'est le revers des stèles qui porte la plupart des épitaphes et des décors, la face située vers la tombe étant rarement décorée..." Les rédacteurs ne disent pas dans quel sens ces tombes sont orientées, ce qui aiderait peut-être à comprendre.
Sur un site Nécrolog on lit : " on observe fréquemment sur le terrain le souci de voir le clocher depuis le cimetière. Ce qui peut éventuellement s'expliquer par l'habitude qu'avaient les prêtres, lorsque les cimetières étaient contigus aux églises, de réciter les dernières prières en se tournant vers la croix du clocher. Voir le clocher était aussi rassurant sans doute pour les vivants que pour les morts qui se trouvaient enfermés dans l'enclos. "
On sait qu'au Haut-Moyen-âge l'église ou les reliques d'un saint assurent une protection efficace dans l'au-delà, où le Saint est le guide de l'âme et l'intercesseur des morts.
Si toutes les tombes recensées sont orientées dans un axe précis, soit par rapport au soleil, soit par rapport à une église, où à une croix centrale du cimetière, on aura un début d'explication...

Le 03/09/2013 à 17h17, Archives Vendée ; a écrit :

Merci d'avoir formulé cette nouvelle hypothèse.
La question reste toutefois ouverte. La consultation, par un usager des Archives, de l'Association culturelle du Pays mareuillais qui a étudié les cimetières du canton étant restée vaine, il serait peut-être fructueux de consulter d'autres associations spécialisées, comme celle des Amis du Père-Lachaise par exemple.

Le 05/09/2013 à 14h39, Marquet a écrit :

Parmi toutes les hypothèses, celle de de la Petite-église est intéressante et peut-être peut-on vérifier. Le 26/4/2012, dans le journal sud-ouest est paru un article sur "Les irréductibles du Bocage", les derniers membres de cette communauté en voie de disparition de la petite église de vendée , qui se réuniraient Chapelle de la Plainelière, dans un hameau proche de Courlay dans les Deux-Sèvres ( sud de Bressuire). Ils y auraient également un "carré" dans le cimetière. Une promenade dominicale pour un Sherlock Holmes du Sud-Vendée ?

Le 01/10/2013 à 08h32, Gilles EDOUARJAN a écrit :

A mon sens, l'explication, plus "pratico-pratique", serait à rechercher dans le besoin d'identifier rapidement les corps en circulant dans les allées côté "tête" plutôt que côté "pieds", ce qui pourrait être confirmé par une disposition des tombes "tête-bêche", comme sur un champ de bataille... des guerres de Vendée...

Le 01/10/2013 à 17h42, Archives £ a écrit :

Explication pratique ? Mais il n'y a aucune disposition systématique permettant de la soutenir. La disposition de ces tombes dans les cimetières est aléatoires. Alors abriteraient-elles des membres de la Petite Eglise? Mais ça se saurait.
C'est à se demander s'il y a une autre raison que la fantaisie des entreprises disposant les tombes, dont la distraction causeraient quelques exceptions à l'habitude.

Le 29/10/2013 à 22h03, M-H Ballanger a écrit :

Dans le cimetière d'Aubigny, on trouve exactement les mêmes croix que celles dont vous présentez les photos ; elles sont également tournées vers l'allée . Pourtant, je n'ai jamais entendu parler de Petite Eglise dans cette paroisse ni dans les paroisses avoisinantes . Pourquoi ne pas penser tout simplement que cette disposition facilite la lecture des noms et dates inscrits dans le 'coeur' de métal en usage à l'époque ? (Rappelons-nous que nos aïeux ne portaient peut-être pas toujours des lunettes adaptées à leur vue ! Pas d'ophtalmo autrefois ; on achetait les lunettes à la foire ou au marchand ambulant !),

Le 02/11/2013 à 17h09, Archives Vendée £ a écrit :

Après les Moutiers-sur-le-Lay, Mareuil, La Chaize, Saint-Sulpice-le-Verdon, La région de Melle en Deux-Sèvres, Saint-Michel-en-l'Herm, voici qu'Aubigny offre la même particularité. Il s'agit toujours de cas isolés. L'explication par la Petite Eglise ne tient plus du tout. Faut-il chercher une explication pratique (mieux voir en pouvant se rapprocher de l'inscription ?). Cela reste étrange, tant les normes s'imposent, même quand elles ne sont qu'implicites. On reste donc devant une énigme.

Le 04/11/2013 à 16h25, Marquet a écrit :

Au sujet des dernières interventions : Facilité de lecture ? Comme vous le rappelez les cimetières sont des lieux extrêmement réglementés. Par ailleurs le commun des vivants honorent ses morts face à la tombe. Au mieux on pourrait imaginer que quelqu'un ait jugé bon de doubler le repère du nom, devant et derrière, ce qui n'est pas le cas. Quant aux lunettes de nos ancêtres, les tombes photographiées sont de 1932, et 1942 !....
Que je sache Aubigny est en Vendée dans un périmètre géographique tout à fait compatible avec la petite église. Jacques Chabot son curé pendant la révolution refusa tous les serments imposés jusqu'au concordat. Cette commune est connue pour avoir été réfractaire au serment constitutionnel des prêtres.
On ne peut pas donc pas éliminer l'option donnée par votre premier internaute. D'autant qu'on peut supposer qu' Il y a belle lurette, que le groupe s'est dispersé, mème s'il refait communauté lors de cérémonies qui lui sont propres. Ses membres doivent être de moins en moins nombreux, et si on se pose cette question en ce qui les concerne, c'est qu'ils ne s'affichent pas et vivent dans l'anonymat, Il est à supposer qu'ils se font enterrer comme les autres dans le cimetière de leur commune, avec peut-être un rituel différent.
Dans les cimetières de la région nantaise, je n'ai pas encore vu ce genre de tombe. C'est pour l'instant spécifique à une aire géographique limitée .
A suivre ...?

Déposer un commentaire