L@boratoire des internautes

Mystérieuses abréviations sur un linteau de porte

  

L'image ci-dessus est la photographie d'une inscription figurant sur un linteau de porte. Il s'agit d'une porte intérieure permettant de passer de la partie écurie à la partie grange à foin d'un bâtiment agricole ancien situé à Saint-Aubin-la-Plaine. Il ne semble pas s'agir d'un remploi. 

  

Mise à part la date peut-on m'éclairer sur ce que pourrait signifier la série de lettres qui l'encadrent. 

  

  

  

  


Date de publication : 06 octobre 2011

Auteur du billet : Paul David

Liste des commentaires

Le 06/10/2011 à 19h35, claude gilbert a écrit :

question: écrivait on le chiffre sept en 1172 comme on le voit sur l'image?Je ne crois pas.Donc...un problème de plus.

Le 07/10/2011 à 10h12, Anonyme a écrit :

Je pense que c'est 1772 que l'on peut lire. En revanche, rien n'assure que cela correspond à une date.

Le 07/10/2011 à 12h36, CHABIRAND Jean Marc a écrit :

22 IVIN 1772 signifie le 22 Juin 1772 Le J etait parfois ecrit I et le V est un U par facilite au moment de la gravure sur le linteau

Le 07/10/2011 à 13h28, Ruth Major Lapierre a écrit :

Peut-être que vous pouvez trouver dans cet ouvrage (A Comparative Glossary of the Gothic Language with Especial Reference to English and German) : http://books.google.ca/books?id=ZzxcAAAAMAAJ&pg=PA98&dq=M+D+L+:+F+L+E&hl=fr&ei=x-GOTpjcJqPb0QG-4clG&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CD0Q6AEwAA#v=onepage&q=M%20D%20L%20%3A%20F%20L%20E&f=false

Le 02/11/2011 à 17h49, Anonyme a écrit :

Ne serait-ce pas les initiales du propriétaire ou bien du constructeur ?

Le 06/11/2011 à 18h54, Anonyme a écrit :

Est-on certain que ce soit les bonnes lettres ? Ne sont-elles pas partiellement effacées ?

Le 30/11/2011 à 12h24, gilbert a écrit :

Je reviens sur cette énigme car si on peut considérer à juste titre que les lettres de début et de fin sont les initiales du constructeur et du propriétaire, que le reste peut se lire "fait le 22 juin 1772", il n'en reste que pas moins que je continue à m'interroger sur le graphisme du chiffre 7 tel qu'il est reproduit sur cette image.Je n'ai jamais rencontré ce 7 barré dans les écrits de cette époque, je n'ai pas trouvé d'historique sérieux sur l'usage de cette petite barre agaçante(hormis le fait qu'elle permet de différencier le un du sept, etc) et donc, je pose les questions suivantes:
1_ à Paul David: la reproduction de ce chiffre est elle rigoureusement exacte?
2_ aux paléographes: où et à partir de quand, cette fichue petite barre existe t elle?
Est il possible qu'elle apparaisse en 1772 à Saint Aubin La Plaine?

Le 02/12/2011 à 12h42, Paul David a écrit :

Non la barre des 7 n'est pas apparue à St Aubin en 1772 : dommage!
Des photos du linteau seront prochainement publiées, ce qui permettra de corriger quelques erreurs du relevé.
Et je peux confirmer que les lettres sont les bonnes : outre la barre des 7 il y a quelques différences sur les ( . )
Bien que ce soit une idée que j'ai eu également, il me parait audacieux de lire " FLE" par "fait le". Nos anciens pratiquaient-ils ce genre de jeu de mots ?
Merci à tous les contributeurs. A suivre ?

Le 10/01/2012 à 01h26, Michel PENAUD a écrit :

Je suis tout à fait d'accord sur le fait que IVIN peut se lire JUIN, J'ai vu que JOLLI (ou JOLLY) pouvait s'écrire IOLLI aux XVII et XVIII èmes siècles, bien que assez rarement. Quant à l'acronyme (?) F. L. E. il est douteux qu'il s'agisse de "fait le" , du fait que il y a un point après le L et après le E. Il se pourrait donc qu'il s'agisse d'initiales.. On notera cependant que dans le premier acronyme un point précède étrangement la première lettre M tandis qu'il n'y a pas de point après le second M, points qui de surcroît se situent à mi hauteur, ce qui traduit une codification non conforme à un acronyme.à l'inverse de F. L. E.. les deux dernières lettres I et L sont, elles séparées par deux points. S'agissant de la barre des chiffres sept, n'a-t-elle pu être ajoutée ultérieurement car, hormis celles-ci, le graphisme de ces sept correspond à ce qui se faisait à l'époque (et cela depuis les années 1600 au moins).

Le 13/01/2012 à 14h15, .FR a écrit :

M.D.M pourrait-il signifier "Maître de Maison" ?
Les lettres F.L.E. pourraient alors être les initiales du nom du propriétaire de l'époque...

Le 10/06/2012 à 23h02, Blanchard ml a écrit :

N'ayant aucune connaissance particulière de cette époque, je suis tombée par "hasard" sur votre photo. Et si au lieu de lire F.L.E , on y verrait plutôt : R E ?
Qu'en pensez-vous ? Une autre piste ?

Cordialement

mlb

Le 13/06/2012 à 12h16, Paul David a écrit :

Merci pour cette dernière remarque qui m'a amené à revoir et agrandir les photos.
- ce n'est en aucun cas RE
- en regardant mieux, c'est la barre inférieure du F qui n'est pas claire ; il pourrait aussi s'agir de un (à droite) ou de 2 points,
Voilà qui n'arrange pas notre affaire !

Le 23/06/2012 à 18h03, Claude Venara a écrit :

M.D.M. : ne pourrait-il pas s'agir d'une abréviation latine. Il me semble avoir vu ce genre d'inscription sibylline sur certaines pierres tombales très anciennes.

Déposer un commentaire