L@boratoire des internautes

Un mystérieux Chevalier de Villegagnon à Sainte-Gemme-la-Plaine en 1686

Le roman Rouge Brésil de Jean-Christophe Rufin (2001) a contribué à faire connaître le patronyme du fondateur de l'éphémère colonie française au Brésil, Nicolas Durand de Villegagnon (1510-1571). La famille, originaire de la Brie, compte d'autres militaires (il existe un régiment de Villegagnon). Des membres de cette famille ont-ils vécu en Vendée ? 

Consultant récemment les registres paroissiaux de Sainte-Gemme-la-Plaine pour 1686, j’ai découvert au bas de l'acte de mariage de Nicolas Bouron, maître chirurgien, avec Françoise Chevallereau, le 18 février ( vue 100/155), une signature qui m'a intrigué : le chevalier de Villegagnon. 

Une recherche dans Noms de Vendée m'a appris qu'un  François de Villegagnon, seigneur et prieur de Vouillé, était décédé à Fontenay-le-Comte à l'automne 1669 et fut inhumé dans l'église de Vouillé le 7 novembre ( vue 5/11). Ce digne religieux semble avoir eu plusieurs enfants illégitimes avec une certaine Jeanne Jouberteau : Pierre, né en 1651, est dit de père inconnu ( vue 8/65) ; Hilaire, né en 1654, lui est clairement attribué ( vue 8/65) ; Marie, née en 1659 de père inconnu ( vue 45/65). Si on sait qu'une Jeanne Jouberteau est morte à 50 ans le 5 février 1673 à Vouillé ( vue 8/19), et que sa sépulture et une série de messes ont été payées par le sénéchal André Durand, ce qui ne laisse guère de doute sur sa qualité de maîtresse du feu prieur, on ne sait rien du devenir des enfants. 

On peut penser que le témoin du mariage Bouron-Chevallereau est Hilaire de Villegagnon, mais aucun acte le concernant ne semble avoir été relevé en Vendée. 

Deux questions restent en suspens : 

  • En premier lieu, il y a-t-il un lien de parenté entre François de Villegagnon et le chef de Fort-Coligny, et comment est-il venu en Vendée ? Il est possible que ce soit un petit-neveu de celui-ci, un François de Villegagnon fils de Pierre et d'Elisabeth Courtin étant cité comme "religieux" dans la base de données généalogiques " Roglo".
  • En second lieu, Hilaire de Villegagnon est-il le chevalier de Villegagnon signataire au mariage de 1686, et qu'est-il devenu ?

Merci pour votre aide. 


Date de publication : 31 mai 2016

Auteur du billet : André Mérit

Liste des commentaires

Le 09/06/2016 à 17h18, Marquet a écrit :

François D de V sans aucun doute membre de la famille de Nicolas D de V l'explorateur, fils de Philippe D de V et d'Elisabeth Courtin, c'est tout à fait possible, mais peu probable qu'Hilaire "Jouberteau" soit le Chevalier de V. A-t-il été légitimé ? Pour être Chevalier, il faut être admis dans un Ordre, Malte, St Louis, Jérusalem ....Ne serait-ce pas plutôt un de ses neveux, fils de son frère Nicolas, Seigneur d'Esnon et d'Elisabeth Maujean?
Quant à la relation avec la Vendée, voir du côté de Fontenay le Comte. Marie D de V, niéce de l'explorateur, fille de son frére Philippe et de J. Galope s'est mariée le 24/2/1570 avec François Allegrain, Sieur de Dian, conseiller au parlement de Paris. Ils ont eu 2 filles et 8 fils dont Robert qui a épousé en 1630 Marguerite Babin, fille de Paul seigneur des Combes et Bretigniéres, "maire" de Fontenay en 1627 et de Gabrielle Sablon dont la famille serait d'origine poitevine. Nicolas D de V, Chevalier, Sieur de villegagnon et Seigneur de Jouy Chatel, fils de Nicolas d'Esnon et Elisabeth Maujean, petit fils de Pierre et Elisabeth Courtin, a épousé en 1650 Eleonore de Grivel, fille d'Hubert de Grivel seigneur de Grossouvre et d'Anne de Gamaches. A Fontenay, on trouve un contrat de mariage entre Philippe Gamaches et Charlotte Piniot de la Largére du 4/8/1715. Le fils de Nicolas D de V et d'Eleonore, Nicolas, épousera Elisabeth Pithou, descendante de Pierre Pithou (lié à Nicolas Rapin)ce qui reliera la famille à celle de la Rochefoucauld, Château de Montendre en Angoumois, dont François Vincent un de leur fils héritera, son cousin la Rochefoucauld n'ayant pas d'héritiers.
Françoise Chevallereau était la fille de Pierre , Seigneur de la Richerie et Maisonneuve et propriétaire du Logis de la Chevalerie à St Gemme .......même milieu, mêmes fréquentations !

Le 18/09/2016 à 12h51, le00h20 a écrit :

François de Villegagnon, chanoine régulier de l'ordre de Prémontré, a été pourvu du prieuré de Vouillé-les-Marais et en prit possession en 1632, Il demeurait alors au Collège de Clermont à Paris.

On a, conservé dans les minutes du notaire Th. Cartier*, deux actes dont une procuration à Nicolas Girault fermier du revenu temporel du prieuré,

* A.N. - MC / ET / XIII / 15

Le 24/09/2016 à 23h21, le00h20 a écrit :

Dans la "Prosopographie des gens du Parlement de Paris (1266-1753), apparaît comme suit en dernière ligne d'une généalogie des Durant :
"François-Vincent Durant, chevalier de Malthe, abbé de Vouillé en Poitou".
Fils de "Nicolas Durant, sieur de Villegagnon, d'Esnon en Auxerrois, vicomte de Roisin et de Bois-le-Vicomte, enseigne des gendarmes de Gaston, duc d'Orléans, mort le ...avril 1687 et inhumé aux Capucins du Marais".

C'est dans ce même couvent parisien, que sera ensevelit le corps de sa deuxième femme, la mère de François-Vincent le prieur de Vouillé, Léonore de Grivel, décédée le 13 septembre 1689, fille de Hubert de Grivel, seigneur de Pesselières, et de Anne de Gamaches.

Enfin, le fameux explorateur Nicolas est signalé comme chevalier de Malte, échanson ordinaire du roi en 1565, et semble être l'arrière-grand-oncle du religieux mort à Fontenay en 1669.


* d'après les manuscrits conservés à la B.N.F. et publiés. par Michel Popoff à Paris en 2003 - cf. t. 1, # entrée 1127, pp. 522-523

Déposer un commentaire