L@boratoire des internautes

  • Vous êtes ici :
  • Accueil

Liste des billets

Que s’est-il passé un jour de mariage à La Chaize-le-Vicomte en 1790

ou comment Gérard, ancien curé de La Ferrière, a t’il rencontré la veuve Savary ? 

Le 23 novembre 1790 à La Chaize-le-Vicomte, le curé de la paroisse Saint-Nicolas, Jacques Moreau, prêtre depuis son veuvage, marie sa fille, Marie Anne Michelle Armande ( BMS, 1760-1792, vue 312). Parmi les témoins qui ont signé, figurent Gérard, curé de La Ferrière, et une certaine "veuve Savary". 

Or, on apprend, par la biographie que Jean Artarit consacre à ce Gérard dans le Dictionnaire des Vendéens que, devenu révolutionnaire acharné, il vit désormais aux Sables-d’Olonne avec une "veuve Savary"

Qui est cette femme ? Peut-on l’identifier avec le témoin du mariage de 1790 qui a signé "veuve Savary" ? Et si c’est le cas, a-t-on des témoignages antérieurs de son rapprochement avec Gérard ? 

Lire la suite

Retrouver des Vendéens qui ont participé au corps expéditionnaire en Chine (1900-1901)

Qui aurait un ancêtre ayant participé au Corps expéditionnaire en Chine en 1900 et détiendrait des témoignages sur cette expédition ? 

Célestin Guilbaud, né en 1878 à La Ferrière, mon grand-père, en a fait partie comme l'indique sa fiche matricule militaire (recrutement de La Roche-sur-Yon, classe 1898, n° 1320,  1 R 543). Incorporé le 24 novembre 1899, il est d'abord affecté en Algérie au 1er régiment de zouaves. Il passe ensuite, le 19 août 1900, au régiment de marche des zouaves spécialement constitué pour être intégré au corps expéditionnaire international en Chine. Il embarque à Alger à bord du Calédonien et restera en Chine, plus d'une année, jusqu'au 12 septembre 1901. 

Dans quel contexte un corps expéditionnaire international est-il organisé ? C'est la révolte des Boxers qui amène les occidentaux à réagir.  

Lire la suite

Les Français de l’Étranger au front, 1914-1918

Rétrospectivement et au regard de la grande catastrophe que fut la guerre de 1914 en Europe, on s’étonne de l’adhésion générale, même et surtout sans enthousiasme, qu’elle paraît avoir suscitée. 

L’historiographie n’en finit pas d’explorer les manifestations de contraintes à la guerre, comme celles de son consentement. Les « fusillés pour l’exemple » sont là pour rappeler qu’on ne barguignait pas avec le devoir patriotique dans une société à l’esprit bien moins individualiste que la nôtre. À l’inverse, et sans avoir été des foudres de guerre, beaucoup de jeunes gens ont devancé l’appel en s’engageant volontairement, ou ont rejoint les bureaux de recrutement alors qu’ils étaient en rupture avec la société. 

Connaissez-vous des recrues que rien ne paraissait contraindre à rejoindre les drapeaux ? 

Lire la suite

Abréviations insolites relevées sur le dénombrement de la population de Vix en l’an IV

Depuis l'an IV, l'État organise un dénombrement général de la population tous les 5 à 6 ans dans chaque commune de France, sous la responsabilité des maires 1. Un internaute signale une particularité sur le dénombrement de Vix en l’an IV. Une abréviation énigmatique, la lettre "B", suit le nom de certains habitants. Saurez-vous la décoder ? 

  

1. Les Archives de la Vendée ont procédé à la numérisation de toutes ces listes nominatives. Elles sont disponibles jusqu'au recensement de 1911 sur le site, et jusqu'en 1975 en salle de lecture. 

Lire la suite

Des travailleurs déjà réquisitionnés en 1941 pour aller travailler en Allemagne

600.000 jeunes Français ont dû partir en Allemagne au titre du travail obligatoire instauré à l'été 1942 pour des catégories professionnelles, puis généralisé en février 1943 aux trois classes d'âge nées en 1920, 1921 et 1922. La contrainte s’imposait à eux comme l'avait été, avant-guerre, le service militaire aboli depuis l'Occupation. Toutefois, pour satisfaire aux exigences allemandes, des travailleurs français étaient déjà partis auparavant, mais en nombre jamais suffisant pour les satisfaire. Ils étaient encore tous volontaires ( consulter un film de propagande - INA), du moins théoriquement puisque Jean Véquaud témoigne avoir été poussé par des militaires allemands à partir à Hambourg en février 1941. 

Lire la suite

Être reconnu martyr par les deux camps : un cas unique de la guerre de Vendée ?

Le cimetière de Saint-Hilaire-de-Chaléons (Loire-Atlantique) disposait encore, en 1980, d’une plaque à la mémoire de Jacques Bossis, martyr révolutionnaire. Récemment, la restauration du calvaire du même cimetière a révélé que son nom figurait aussi parmi la liste des paroissiens martyrs de la foi. 

Cette confusion est-elle unique ? 

Lire la suite

Saint-Marc ou Saint-Malô-du-Bois ?

Sur les cartes du Poitou dessinées entre 1579 et 1663, et relevées par M. Guignard qui propose ce billet, la paroisse de Saint-Malô-du-Bois est identifiée sous le nom de Saint-Marc. Seule la confrontation de ces cartes avec des textes rédigés à la même époque permettrait de confirmer qu’il s’agit d’une faute retranscrite pendant un siècle. Est-ce que la graphie "Saint-Marc" se retrouve également dans des actes manuscrits ? 

Lire la suite

Le défaut de taille, valable pour certains et pas pour d'autres dans l'exemption de la conscription militaire en 1809 ?

En consultant les listes de tirage au sort des conscrits de l'année 1809, je constate de nombreuses exemptions pour défaut de taille. Si certaines sont logiques pour les jeunes gens mesurant moins de 1,55 M, beaucoup sont surprenantes, puisque certains dépassent allégrement les 1,65 m. 

Pour quel motif ces derniers sont-ils exemptés "à défaut de taille" ? 

Lire la suite